Mes conseils alimentaires

vegetables-752153_1280

Je ne le répéterai jamais assez, mais chacun a des besoins différents, ainsi il n’y a pas de régime optimal pour tous. Je suis convaincue que le cru peut apporter beaucoup de bienfaits à une majorité de personnes, que ce soit de manière temporaire ou régulière. Il suffit de constater l’engouement croissant pour cette manière de manger, plus respectueuse du corps humain et de l’environnement, pour confirmer mes propos. Mais je maintiens que chacun a une histoire alimentaire différente à conter.

Pour moi, le cru est la manière la plus saine de m’alimenter. Et dans le cru, ce sont les légumes, les jus et les smoothies verts qui me conviennent le mieux et me permettent de rester en grande forme malgré les aléas de la vie. Chacun doit trouver ce qui marche le mieux pour lui. Ce qui marche pour moi, c’est de manger le plus propre et le plus naturel possible, le moins transformé possible, si ce n’est par moi-même. Cuisiner, cultiver son potager, ses graines germées, acheter bio, local, de saison si possible, auprès des fermes voisines…

Healthy groceries

Cela fait à présent près de 8 ans que j’ai découvert et que je pratique le cru. Mais je ne suis pas sectaire, et je mange de tout. Aujourd’hui je voulais partager avec vous quelques-uns des conseils que j’ai intégrés dans mon quotidien, et des informations qui pourraient vous servir :

  • La viande : viser une meilleure qualité et beaucoup moins de quantité ! Trop de protéines animales endommagent notre appareil digestif et accélèrent notre vieillissement.
  • Le poisson : seulement sauvage, et rarement, car attention aux métaux lourds provenant de la pollution généralisée des mers !
  • Les céréales : beaucoup moins souvent, de préférence ceux sans ou avec peu de gluten (une catastrophe sur les intestins) – riz, quinoa, sarrasin, millet, amarante – aussi je préfère éviter le blé et le pain.
  • Les produits laitiers : le moins possible ! Une autre catastrophe pour les intestins humains, même si on les tolère bien, je préfère en diminuer la consommation, et privilégier les fromages de brebis ou de chèvre, ou le fromage au lait cru, des alpages.
  • Les œufs : des protéines parfaites qui constituent un bon repas. Contrairement à ce que l’on nous a dit pendant des années, il semblerait qu’ils n’affectent pas le cholestérol, donc à manger sans crainte si vous n’êtes pas vegan.
  • Les fruits et les légumes : en abondance ! Crus d’abord, cuits vapeur ensuite ! Les choisir mûrs le plus souvent possible. Sans limites ! Plus de légumes que de fruits, surtout les légumes à feuilles vertes, riches en minéraux et acides aminés bio-disponibles.
  • Les modes de cuisson les moins nocifs sont la cuisson vapeur, ou le four à basse température – il faut éviter de surchauffer les aliments, surtout les matières grasses instables qui dénaturent les aliments et endommagent nos cellules et nos organes.
  • Les matières grasses : distinguer les bons gras (huiles végétales PPF, graines riches en Omégas-3, les noix, l’avocat, la noix de coco) des mauvais (graisses trans et hydrogénées issues de l’industrie) et éviter ceux-ci le plus possible, ils sont cancérigènes.
  • Les produits raffinés : les remplacer le plus souvent possible par des aliments complets.
  • Les plats préparés industriels, et le fast-food : à éviter ! C’est pratique, cela plaît à la majorité car c’est  sucré, ou salé ou gras, mais ce sont des calories vides souvent chargées en produits chimiques pour mieux se conserver ou mieux nous amadouer et nous accoutumer… Attention à une accoutumance vraiment néfaste.
  • Manger bio, local, de saison : une belle idéologie mais difficile pour les crudivores qui auraient peu de diversité en Suisse en hiver. Mieux vaut le local que le bio qui vient de loin, car les nutriments se détériorent avec les distances et le temps. Local le plus possible, mais sans négliger les fruits tropicaux, pour le plaisir et les vitamines. Ainsi en second choix, légumes ou fruits importés, bio ou pas, moi je dis oui, parce que cela soutient mon choix de vie.
  • Modes de conservation : si on ne peut manger des produits frais, la congélation est la forme de conservation la moins nocive (en cru, on prône la fermentation et la déshydratation pour mieux conserver, ce sont des techniques ancestrales et saines). Mais éviter tous les produits industriels et boîtes et conserves qui n’ont plus grand-chose à offrir.
  • A éviter à tout prix : tous les produits de synthèse (fabriqués en laboratoires chimiques – ce ne sont pas des aliments) tels que les édulcorants artificiels (aspartame et saccharose, dont le coca light et tous les produits à calories réduites, etc.) et colorants artificiels – car ce sont de véritables poisons qui tuent…
  • Les stimulants : café et thé noir – s’en passer si possible car ils déshydratent le corps et fatiguent nos glandes surrénales ce qui résulte en fatigue chronique. Prendre le temps de se sevrer avec des succédanés, passer aux tisanes, aux élixirs de plantes sauvages.
  • L’alcool : privilégiez le vin rouge, riche en antioxydants (2-3x par semaine pour les femmes, 4-6x pour les hommes) si vous y tenez, mais éliminez les alcools forts qui sont concentrés et font beaucoup de dommage dans le corps, sans parler d’une autre accoutumance.

Je n’ai pas tout couvert, mais cela donne quelques pistes à appliquer, même si on ne mange pas tout cru !

vegetables-1403046_1280

Et pour finir, un petit pense-bête utile :

Le Saviez-Vous ?

  1. Commencer chaque repas par des crudités évite le phénomène de leucocytose (élévation soudaine de globules blancs dans le sang), réaction à une infection, qui épuise le corps.
  2. Cuire les aliments à plus de 42 °C détruit les enzymes digestives si précieuses, comme la vie de tout être.
  3. Boire pendant les repas dilue les sucs digestifs, ce qui rend la digestion moins efficace.
  4. Manger des fruits en fin de repas augmente les risques de fermentation dans les intestins.
  5. Les protéines animales peuvent mettre jusqu’à 72 heures avant de quitter notre organisme, temps durant lequel elles putréfient dans nos intestins.
  6. 300g de chou plume ou de brocoli offrent autant de protéines, et de bien meilleure qualité, que 60g de bœuf, pour la moitié des calories.
  7. Nos intestins, riches en neurotransmetteurs et autres cellules nerveuses, constituent notre deuxième cerveau.
  8. L’acidité et l’excès de sucre dans le sang sont le siège de presque toutes les maladies.
  9. Les cellules cancéreuses, et de nombreuses bactéries, se nourrissent de sucre et vont donc se multiplier avec tout apport alimentaire sucré.
  10. Seul le corps sait guérir : notre rôle est de soutenir notre corps dans ses efforts, par une hygiène de vie saine.

Bonne santé !

Et vous, quels sont vos convictions ou principes ou guides alimentaires? Partagez ci-dessous!

6 commentaires sur “Mes conseils alimentaires

  1. Bonjour Amy,
    Je tiens a vous remercier pour toutes ces infos,articles,recettes,conseils,astuces utiles !
    Ce support ça m’aide pour poursuivre mon parcours dans l’alimentation vivante depuis maintenant 4 mois !!
    Vos recettes sont excellentes et pleines de couleurs et facilement applicable pour réaliser .
    Je continue mon parcours dans la cuisine crue qui a changé ma conception et façon de penser sur la santé et la vie
    Un grand MERCI Amy. 🙂
    Alicja

  2. Merci pour votre partage qui m’aide dans ce choix de vie pas toujours facile car il y a la pression sociale et merci car je ne me sens moins seule sur ce parcours!!.
    Martine

    • Oui, Martine, vous n’êtes pas seule, je suis là pour vous, et nous sommes plus nombreux que l’on pense! Je vous envoie toute ma belle énergie! Restez branchée avec nous, ce sera facile ainsi 🙂

  3. Bonjour Amy!
    Merci pour vos conseils. Suite à une de vos conférences, je me suis mise à l’alimentation vivante. Tout se passe bien, avec beaucoup de plaisir, sauf une chose: j’ai des ballonnements intestinaux très fréquents. Plusieurs fois par jour, mon ventre se tend et j’en ressens un gros inconfort, alors que je n’ai jamais eu de problèmes d’intestins auparavant. C’est sans doute toutes ces fibres qui viennent se frotter qui créent cette réaction… Mais auriez-vous une astuce pour que ça passe? Ou quelqu’un qui aurait vécu la même chose peut-il me dire si ça va continuer ou s’atténuer avec l’habitude? Merci beaucoup de votre réponse.
    Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *