Les combinaisons alimentaires (2ème partie)

Pyramide_alimentaire_crue

La semaine dernière nous avons exposé les principes de base des combinaisons alimentaires recommandées pour une digestion et une absorption optimales.

Mais, qu’en est-il en alimentation vivante ?

D’après Gabriel Cousens, il y a quelques aspects des lois des combinaisons alimentaires qu’il convient de reconsidérer. Premièrement, les aliments crus viennent avec leurs propres enzymes digestifs qui exécuteront un grand travail de prédigestion dans la première partie de l’estomac. Ainsi, le concept des différents enzymes sécrétés selon les différents aliments et se neutralisant mutuellement est moins important, spécialement dans la première partie de l’estomac où seuls les enzymes salivaires et ceux contenus dans les aliments crus eux-mêmes sont activés. Il est un fait prouvé scientifiquement que chaque aliment vivant contient une combinaison d’enzymes spécifiques qui suffira à sa digestion.

Par exemple, les noix sont principalement constituées d’huiles et de protéines; elles arrivent donc dans leur forme entière avec les quantités de lipases et de protéases nécessaires à leur digestion.

D’autre part, une alimentation vivante facilite la prédigestion. Ce processus se produit d’abord par le trempage et/ou la germination des graines, noix et céréales, ou encore l’extraction des jus ou le mixage. La plupart de ces aliments sont digérés facilement avec toutes les classes d’aliments y compris les fruits.

En outre, la combinaison possible de noix et graines prédigérées (donc trempées, aux enzymes réactivées) avec des fruits s’avère particulièrement utile dans les cas d’hypoglycémie. Les personnes souffrant d’hypoglycémie sont facilement déstabilisées si elles mangent seulement des fruits pour le petit déjeuner. En ajoutant aux fruits des fromages ou yogourts de noix ou graines, les hypoglycémiques remarquent une amélioration notable de leur taux de glycémie.

Ainsi il est moins nécessaire d’appliquer la loi des combinaisons alimentaires à la lettre dans le cas d’un régime d’alimentation vivante. Les grandes catégories demeurent les mêmes. Mais étant donné les façons très spécifiques de préparer les aliments, l’alimentation vivante offre plus de liberté quant à la combinaison de ceux-ci.

En alimentation vivante, nous tiendrons compte des règles suivantes :

• Les fruits et les légumes ne se mélangent pas. Il est préférable de les consommer à des repas différents afin de faciliter leur digestion et leur assimilation. Exception : sous forme de jus ou smoothies, certains mélanges conviennent bien.
• Éviter de mélanger des fruits acides avec des fruits doux. Ces deux catégories peuvent se combiner avec les fruits semi-acides. Il est tout de même préférable de ne manger que des fruits de la même catégorie à la fois.
• Toutes les combinaisons de légumes se mélangent avec les hydrates de carbone ou les protéines.
• Éviter de manger des pains germés avec des fruits acides. Occasionnellement, on pourra les mélanger avec des fruits mi-acides et doux.
• Les fruits se mélangent bien avec les graines et noix germées ou préparées en fromage et beurres lacto-fermentés.
• Exception : Tous les melons se mangent toujours seuls.

Attention : les légumes à feuilles vertes sont une catégorie à part !

Rajoutons ici une découverte importante faite par Victoria Boutenko et très pertinente en alimentation crue. Elle a découvert et affirme que tous les légumes à feuilles vertes sont une catégorie d’aliments à part, hautement digestes, et qui se combinent facilement avec tous les aliments. Ainsi ils n’entrent pas dans la catégorie de légumes. Mélangés aux fruits comme dans un smoothie vert, les feuilles vertes réduisent l’indice glycémique des fruits et permettent de rééquilibrer le taux de sucre dans le sang, ce qui est une information réjouissante pour ceux qui souffrent de diabète ou de candidose – une affection très répandue.

J’espère que ces quelques indications vous permettront de faire les adaptations nécessaires en cas de digestion difficile. Notez cependant que la quantité d’aliments ingérés peut poser un problème, et que les mono-repas sont encore la meilleure manière de rétablir une bonne digestion.

Pour terminer, je répète encore que tous ces principes ne sont qu’indicatifs, et que le principal est d’observer sa propre digestion et d’en tirer les conclusions qui s’imposent, puisque chaque individu réagira aux aliments de manière propre, aussi aucune règle ne s’applique à tous.

En bonus de cette discussion, je partage avec vous ci-dessus la pyramide alimentaire développée par Simplement Cru, qui illustre les aliments les plus importants à consommer, par catégorie et quantité recommandée, en alimentation vivante. J’espère que cela vous inspirera à faire les bons choix !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *