Faire le ménage dans son corps, dans sa maison et dans sa vie !

kondo-book

Une question qui se pose souvent en cette saison d’effervescence dans la nature comme dans nos vies, à part celle de la détox du corps et de l’esprit, est celle du grand ménage de notre maison. Et par grand ménage, j’entend plus que nettoyage : nous visons ici le véritable tri et désencombrement.

Il y a quelques années, on m’interviewait brièvement sur le thème du superflu (voir ici) et déjà je parlais de l’espace que prend, dans notre environnement physique comme dans notre mental, les objets superflus qui nous encombrent à tous les niveaux et nous empêchent d’avancer dans nos vies. Qui ne rêve de vivre léger, sans autre souci qu’un balluchon en guise de biens, avec la liberté totale du non-attachement ?

Nous vivons dans une société matérialiste à outrance, et bien que de nombreux objets de la vie de tous les jours nous sont utiles, voire indispensables, il y a fort à parier que la moitié d’entre eux ne sont ni l’un ni l’autre. Pire, ils ne nous apportent aucun plaisir. C’est un thème qui m’est très cher, car cela fait plusieurs années que j’aspire à débarrasser ma maison, mais sans jamais passer véritablement à l’action.

Le temps passe, et les objets continuent de s’entasser. Etant coach, très consciente des tâches nécessaires à un mieux-être, je me sens d’autant plus coupable de ne pas avoir saisi le taureau par les cornes, en tous cas pas encore. J’ai longtemps réfléchi aux raisons qui m’empêchaient d’agir : bien entendu le manque de temps (l’excuse par excellence), la lourdeur et la difficulté perçues de la tâche, mais aussi la réticence à créer de nouveaux déchets (donc mieux vaut les garder chez moi ?) ou à me séparer d’objets reçus, achetés, ayant encore une valeur ou une utilité. Je me cachais derrière toutes sortes d’excuses.

Le besoin devenait néanmoins de plus en plus urgent. J’usais de techniques de coach, telles que fixer des objectifs avec délais, commencer ma journée par ce que j’avais le moins envie de faire, commencer petit, faire un peu chaque jour. Rien n’a vraiment fonctionné.

Le déclic s’est passé tout récemment, au bénéfice d’un partage intéressant qui s’est déroulé sur le groupe Facebook de la récente édition d’Easy Détox. Suite à la cure, un groupe de participants discutait allègrement sur le désir de désencombrer son logis, et un livre recommandé m’a tout de suite interpelé. Je l’ai commandé sur le champ et il a bouleversé mon attitude face au surplus d’objets. Il s’agit de « La Magie du rangement », de Marie Kondo. Merci à Muriel, qui se reconnaîtra, et aux autres participants à cette discussion ô combien pertinente !

Ce livre est tombé à point nommé. Car ma paralysie était liée à un attachement irréel, à la peur d’oublier, de perdre, de me vider. Et à une déconnexion, une victimisation, bref un état de passivité face au problème. La méticuleuse japonaise Marie Kondo, dans sa très originale méthode de rangement baptisée « KonMari », qui a fait le tour du monde, pose le sujet sous un tout nouvel angle.

Parmi ses recommandations, celle qui me touche le plus profondément est de donner vie aux objets qui nous entourent. De les examiner un par un, se poser la question de savoir s’ils font jaillir de la joie en nous ? Si tel n’est pas le cas, de s’en séparer simplement, en leur disant merci pour le service qu’ils nous ont rendu. Et oui ! On peut remercier ses chaussures de nous avoir portés, un tableau de nous avoir fait rêver, ou mieux encore, un livre acheté mais jamais lu, de nous avoir inspiré sur le moment de l’achat puis appris que nous n’en avions en réalité pas besoin… 

Cette approche n’est pas pour encourager la consommation et les actes futiles d’achat. Au contraire: elle nous en fait prendre conscience. La méthode recommande d’attaquer une catégorie d’objets à la fois, de tout sortir et rassembler en un seul endroit pour prendre conscience du véritable volume de ce que nous possédons (ce qui génère déjà une sacrée prise de conscience de nos excès), et de faire le tri avec le cœur – une notion toute nouvelle qui m’a instantanément séduite. Une fois le tri effectué, adopter un rangement logique et inéluctable qui permettra d’éviter un ré-encombrement.

Le message me parle vraiment, car j’aime particulièrement l’idée de donner une vie, une valeur et pourquoi pas, une âme, à des objets en apparence insignifiants, mais qui somme toute occupent notre espace. Les traiter avec respect et les choisir avec cœur et conscience change toute la donne ! Accepter que certains ont largement rempli leur rôle, et les accompagner vers une autre vie afin de créer un espace plus vaste, plus accueillant et plus propice au bien-être dans la nôtre ! N’est-ce pas un magnifique projet ?

Pour l’instant il ne s’agit que d’un projet. Méticuleuse, cérébrale et structurée que je suis, je demeure lente à passer à l’action, mais cette fois-ci, il y a plus qu’une décision qui a été prise, il y a eu un réel changement d’état d’esprit, et c’est toujours là que réside la clé du changement. La suite n’est que question de temps et de logistique !

Aussi je ne puis vous montrer des images de l’avant et de l’après, car je ne suis pas encore passée à l’acte. Mais je commence tout bientôt, j’ai pris mes devants et je m’organise pour me lancer dans le plus grand désencombrement de ma vie, et je me réjouis infiniment ! Je suis enthousiaste, convaincue et comme on dit en anglais, « I’m on a mission » qui signifie, j’ai une mission à remplir et rien ne m’en écartera ! Je m’y engage solennellement. 

En somme, se désencombrer est une quête plus spirituelle que matérielle, qui passe certes par des actions concrètes, et qui mène à plus d’espace et de liberté dans son cœur et dans son esprit comme dans son environnement ! A ce titre, je suis fan !

Et vous? Quelle place occupent les objets dans votre vie? Aspirez-vous aussi à un désencombrement majeur?

 

A lire (merci encore à mes sources !):

La magie du rangement, Marie Kondo

Je l’ai lu en anglais : « The life-changing magic of tyding up, Marie Kondo »

L’art de l’essentiel : Jeter l’inutile et le superflu pour faire de l’espace en soi, Dominique Loreau

Zéro déchet, Béa Johnson

Un commentaire sur “Faire le ménage dans son corps, dans sa maison et dans sa vie !

  1. Ca fait partie de mes livres « de base » avec ceux de Dominique Loreau ! Et depuis, mes tiroirs sont beaucoup plus rangés. A lire absolument.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *